Catégories

Actualités

3 septembre 2021

Projet Architectural

Yonne Républicaine 02/09/2021

L’Ehpad Joséphine-Normand à Brienon-sur-Armançon va faire peau neuve

Photo © Migennes-Joigny AGENCE

Un grand chantier commencera en septembre-octobre pour rénover de fond en comble la maison de retraite de Brienon-sur-Armançon, qui accueille 228 résidents.

L‘établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Joséphine-Normand à Brienon-sur-Armançon s’apprête se métamorphoser. Des travaux vont débuter vers la fin du mois de septembre. « C’est une nouvelle maison de retraite qui verra le jour à l’issue de ce chantier », se réjouit le maire, Jean-Claude Carra.

Ce lifting d’un montant de plus de 20 millions d’euros prendra bien trois ans, engagera vingt entreprises et concernera également la résidence Colbert, le site de Seignelay rattaché à Joséphine-Normand en 2019.

L’Ehpad à Brienon, le foyer de vie à Seignelay

Le chantier réhabilitera les bâtiments brienonnais (Joséphine-Normand, les résidences Marie-Noël et Les Isles) et y ajoutera une extension. À Seignelay, le bâtiment actuel sera rénové et une extension sera créée. Les travaux ne devraient pas affecter les résidents. « Tout est conçu pour qu’ils n’aient à connaître qu’un seul déménagement », rassure la directrice Christelle Brasseur.

Cette métamorphose comprend deux volets. Une spécialisation des deux sites d’abord. « Nous hébergerons les résidents handicapés à Seignelay, résume-t-elle. Les résidents classiques seront regroupés dans l’Ehpad sur le site de Brienon. »
Enfin, si le nombre de lits, actuellement de 228, ne variera pas, l’opération vise à améliorer la qualité du séjour. « Il n’y aura plus que des chambres individuelles par la suite, excepté une double pour des couples à Seignelay », explique-t-elle.

Des travaux sans précédent

Ce chantier de grande ampleur n’a pas d’équivalent dans l’histoire récente de cet établissement. « Je n’en ai pas connu depuis que je suis élu, c’est-à-dire, en 2004 », se remémore Jean-Claude Carra. Fruit d’un legs de Joséphine Normand, née Rousselet, le bâtiment mère remonte au début du XXe siècle et était initialement un hôpital. Les résidences Marie-Noël et des Isles ont été construites sur le site de cinq hectares, entre 1970 et 1980. La résidence Colbert à Seignelay, beaucoup plus récente, date de 2003.

Côté financement, la maison de retraite déboursera le plus gros de la somme grâce à ses fonds propres ou via un emprunt pour lequel le Département, les communes de Brienon et de Seignelay se portent garants. De son côté, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) apporte une subvention de 1,1 M €.